Développement prochain d’exploitations de cuivre au Pérou

Le pays sud-américain semble posséder des gisements de métaux importants et la Chine n’a pas hésité à mettre en place un partenariat avec ce nouveau producteur. Le but est en effet de lui permettre rapidement d’atteindre la seconde place mondiale en termes de production de cuivre car ses possibilités sont énormes.

Une lutte pour le monopole de la production de cuivre

Câbles de cuivre

Dans la même région, le Chili dispose de sérieux atouts et devance largement le Pérou. Ce dernier reste cependant bien devant les Etats-Unis, montrant également son potentiel. Largement soutenu par les investissements chinois, le cuivre péruvien devrait gagner en puissance à l’avenir.

La découverte d’un important gisement de cuivre qui n’a pas encore été exploité devrait permettre au Pérou de produire 450 000 tonnes de plus et d’être en mesure de bouleverser le haut du classement dans le domaine du cuivre. L’investissement de la Chine est donc réfléchi car toutes les possibilités n’ont pas encore été utilisées dans ce pays aux nombreuses richesses.

De nombreux soutiens

tuyaux de cuivre

Si la Chine est bien présente dans ce dossier, le Pérou est en pleine phase de développement car elle peut également compter sur l’implication de Chinalco, spécialiste de l’aluminium qui a jugé les capacités du Pérou tellement prometteuses qu’il n’a pas hésité à investir dans ce nouveau métal.

Plusieurs experts dans l’exploitation des mines de métaux se sont associés pour développer la mine de El Ganelo. Le groupe Freeport a injecté 4,5 milliards de dollars dans la mine de Cerro Verde. Toutes ces démarches prouvent que les capacités actuelles du Pérou ne correspondent pas complètement à ce qu’il serait en mesure de réaliser avec les moyens nécessaires. Le cuivre péruvien est à surveiller de près car le volume de production devrait exploser dans les prochaines années.