Le cuivre représente un réel espoir dans la lutte contre les maladies nosocomiales

Fléau qui est à l’origine de milliers de morts chaque année, une découverte chilienne pourrait bouleverser le futur dans ce domaine. Conscients de l’urgence de la situation, des chercheurs chiliens ont mis au point un produit révolutionnaire qui sera sûrement adopté par de nombreux hôpitaux dans le monde.

Des tissus en cuivre non tissé

Câbles de cuivre

Toutes les blouses et les calots utilisés par le personnel médical ont été remplacés par des modèles réalisés à partir de cuivre non tissé. L’avantage réside dans le fait que dès qu’une bactérie rencontre les particules de cuivre, le métal va s’introduire dans ces cellules pour les modifier.

Le cuivre peut être en contact avec des microbes, des virus et des bactéries et les détruire immédiatement sans manipulation nécessaire. Cette découverte pourrait largement réduire le nombre de cas de patients touchés par cette maladie dans les hôpitaux chaque année. Les essais réalisés dans plusieurs situations ont montrés des résultats très convaincants.

Une barrière efficace

tuyaux de cuivre

Le cuivre a toujours été connu pour ces propriétés biocides donc l’intégrer directement dans les éléments susceptibles de transmettre les bactéries ou champignons est exactement la solution sur mesure qu’il fallait mettre en place. Le personnel médical peut être en contact avec tous les malades sans qu’un risque d’infection ne soit présent.

Capable de réduire de l’ordre de 90% les maladies nosocomiales dans les établissements de santé, il est certain que cette voie mérite d’être exploitée à plus grande échelle. Le Chili se déclare prêt à développer des produits en cuivre non tissé pour équiper tous les pays demandeurs mais aussi de délivrer le mode de fabrication tant il est important de lutter activement contre ce risque invisible. Multiplier les différentes actions conjointes sera la meilleure stratégie à employer.