Inox : Un métal pas aussi fragile qu’il en a l’air !

L’inox, aussi connu sous l’appellation d’acier inoxydable est un matériau inoxydable que l’on retrouve dans plusieurs domaines comme l’agro-alimentaire, l’industrie mécanique, la médecine ou encore le transport.

Des propriétés spéciales

L’inox a pour principale qualité d’être hygiénique, c’est pour cela qu’il est utilisé tout principalement dans la création d’ustensiles de cuisine (marmites, hottes, couverts, plateaux, etc.).  Par ailleurs, il est résistant, facile à entretenir et présente une bonne durabilité.

Il contient généralement plus de 10,5 % de chrome, ce qui le protège du processus d’oxydation du chrome au contact de l’humidité. Il convient toutefois de noter que l’inox ne supporte pas les produits chlorés ou très acides, car ils altèrent ses propriétés, notamment leur résistance à la corrosion.

Par ailleurs, l’inox se pose comme le matériau qui affiche le plus haut taux de recyclage comparé aux autres alliages industriels. Même une fois recyclé, il arrive à garder toutes ses qualités et ses caractéristiques, d’ailleurs, il participe fortement au développement durable.

Bref histoire de l’inox

inox

L’on situe les premières coulées d’alliages de fer et d’acier qui affichent une bonne résistance face à la corrosion dès l’antiquité. D’ailleurs,  l’imposant pilier de fer inoxydable de Delhi témoigne encore jusqu’à aujourd’hui des trouvailles de l’époque.

Mais ce n’est que des décennies plus tard que le métallurgiste français, Pierre Berthier, arrive à développer les premiers aciers à base de chrome qui affichent une bonne résistance face aux acides. C’est d’ailleurs lui qui a eu la bonne idée d’utiliser l’inox pour la conception de couteaux.

Toutefois, à l’époque, les alliages obtenus affichaient des taux élevés de carbone, ce qui ne permettait pas d’obtenir de bons produits.

En 1878, les établissements Jacob Holtzer généralisent la production industrielle d’aciers chromés. En 1911, Léon Guillet, un chercheur français, mit au point les premiers vrais alliages inoxydables et Philip Monnartz, un chercheur allemand réussit à prouver que le taux de chrome des alliages avait une influence directe sur la résistance du fer face à la corrosion.

Ce n’est qu’en 1913 que l’acier inoxydable fut créé et ce fut la trouvaille bienheureuse du chercheur anglais Harry Brearley. En effet, il a réalisé divers travaux dans les laboratoires Brown-Firth en Angleterre et a pu mettre au point un acier qui ne s’altérait pas avec l’oxydation.

À la même époque, deux chercheurs allemands, Eduard Maurer et Benno Strauss, ont réussi à créer un acier inoxydable austénitique composé de 21 % de chrome et 7 % de nickel. De leur côté, les Américains Christian Dantsizen et Frederick Becket y voient déjà un bel avenir et se lancent dans la production industrielle d’acier inoxydable. En 1908, l’on vit les premiers navires à coques conçus à partir d’acier inoxydable issu de l’association du chrome et du nickel.

L’inox : pour quelle utilisation ?

cuve-carree-scd-luisina-en-inox-lisse

L’inox sert à de multiples utilisations. Il est en effet présent dans le bâtiment, car sa légèreté et ses capacités de résistance face à la corrosion le placent parmi les matériaux les plus intéressants dans le secteur de la construction.

En effet, l’inox 304 se révèle intéressant pour les applications de mécaniques et tous les types de construction. L’inox 316 quant à lui, est généralement utilisé dans le secteur naval, la pétrochimie, pour la réalisation de piscines et de fontaines, dans les hôpitaux et pour la réalisation d’équipements pour la restauration.

Par ailleurs, il est robuste et permet de nombreuses possibilités de design, notamment dans la fabrication de tuyauterie des piscines et évier, la construction navale ou encore pour la fabrication d’ustensiles de cuisine.

Il est aussi à rappeler que l’inox est l’un des métaux les plus côtés en bourses et est à environ entre 1 594,00 et 1 793,00 euros la tonne (date du 01 Juin 2013) selon la nature de l’alliage.