Le rebond des métaux précieux sera-t-il durable ?

La montée en force des valeurs refuges s’explique en majeure partie par les périodes d’incertitudes sur le marché. Rappelons que dans le sillage du Brexit, les métaux précieux ont connu des rebonds remarquables, à ne citer que l’argent qui a dépassé les 21 dollars US l’once la semaine dernière. Décidément, le référendum britannique joue un rôle important dans le domaine économique. Ce qui amène à se demander si la tendance haussière va encore se poursuivre pour les métaux précieux dits valeurs refuges.

Les facteurs susceptibles de maintenir le rebond des valeurs refuges

vkeur160712

Tout comme l’économie suisse, l’économie nippone se trouve dans une spirale déflationniste malgré plusieurs vagues successives de soutien monétaire. En conséquence, les pressions haussières sur leurs monnaies ont considérablement augmenté. A déduire que les investisseurs sont davantage attirés par la stabilité politique de ces pays, et non de leurs fondamentaux économiques. Le retour en force des métaux précieux est donc évident face à de telles circonstances, car ils constituent une assurance contre un effondrement des monnaies fiduciaires.

Le Brexit a tout simplement été un révélateur, car le risque de dislocation n’a jamais été aussi élevé depuis la création de l’Union européenne. A l’instar du Royaume-Uni, la Finlande a récemment mis en place une pétition pour l’organisation d’un référendum en faveur d’une sortie de l’UE, et qui a déjà recueilli presque la moitié des signatures nécessaires. Les voix rebelles à travers les pays membres se font de plus en plus fortes ayant comme principal argument que l’UE n’apporte qu’austérités aux peuples, d’où la remise en cause du concept de souveraineté européenne.

Une forte augmentation de la demande

2016-07-18T121110Z_1_LYNXNPEC6H0TX_RTROPTP_3_BRITAIN-EU-GOLD_original

Les investisseurs étant conscients de ces problématiques, la demande pour les métaux précieux s’est largement accrue. Dorénavant, l’or comme l’argent se négocient à des niveaux jamais vus depuis plus de trois ans. Le métal jaune s’échange aux alentours de 1340 francs suisse tandis que le métal gris a dépassé les 20 francs.

Toutefois, un paradoxe apparaît dans le cadre de cette augmentation. Alors que les banques européennes sont en pleine tourmente, l’augmentation de l’offre des fameuses onces de papier maintient le niveau des prix des valeurs refuges assez bas, ce qui permet de se tourner vers les monnaies fiduciaires. A l’encontre, la demande physique reste importante et les primes sur les pièces enregistrent des records.

Bien que limité, il existe un risque important de contrepartie qui pourrait peser à terme sur le prix des métaux précieux et entraîner ainsi une déconnexion possible des marchés papiers et physiques. En outre, il se trouve que le marché d’once d’or papier est le double que celui de l’or physique, mais la question se pose si les métaux précieux vont encore continuer à progresser dans les mois prochains.

En tout cas, le potentiel de progression est indéniable. Le seul adage susceptible de plomber leurs cours serait la hausse prochaine des taux américains. L’anxiété vis-à-vis des banques centrales est incontestablement le nouveau moteur de l’or et de l’argent où la tendance est à la préservation de son capital. Bref, nous ne sommes pas à l’heure de l’optimisme. Dans un marché financier où les risques sont peu élevés, nous pouvons dire que le mouvement haussier des valeurs refuges pourrait bien se prolonger.