Le cuivre risque de se trouver dans une situation de vulnérabilité

La victoire de Donald Trump n’a pas fini d’impacter l’économie du pays. Une élection historique qui a soutenu les actifs financiers, notamment ceux qui sont sensibles à l’évolution du cycle économique. Parmi les matières premières, on note une forte ascension chez les métaux industriels dont le cuivre, l’un des plus traités.

Le métal rouge s’est remarquablement amélioré depuis l’automne dernier. Le rebond avait été stimulé par les perspectives d’augmentation des dépenses en infrastructures aux Etats-Unis. Autrement dit, il a largement profité de la situation économique du pays. Cependant, la Chine reste le premier consommateur mondial de cuivre. Là-bas aussi, ce dernier profite de la croissance chinoise ainsi que de la folie immobilière. A cela s’ajoute les grèves dans les mines réclamant de meilleures conditions de travail.

Tous ces facteurs expliquent le mouvement haussier du cuivre depuis quelques temps. En l’espace de 3 mois, de décembre à février, le cours du cuivre a gagné 22%. Face à la conjoncture actuelle, il garde son rythme évolutif bien qu’une telle configuration ne va pas perdurer. Les premiers signes commencent à pointer leur nez.

Les éléments susceptibles de plomber les cours du cuivre

En grève depuis le 9 février, la mine chilienne d’Escondida a de nouveau repris ses activités, soit, le plus grand site de la planète qui produit près de 5% du cuivre mondial. D’une autre part, les promesses de Donald Trump restent des promesses, sans qu’il y ait des actes. La faisabilité de la réforme fiscale est remise en cause suite à l’échec de la refonte du système d’assurance maladie. De ce fait, les espoirs s’estompent.

Les inquiétudes chinoises par rapport au marché immobilier ne sont pas en reste, c’est d’ailleurs l’élément le plus important. Les autorités chinoises commencent à prendre des mesures pour se prémunir d’une bulle. Des aspects économiques qui tendent à fragiliser la situation du cuivre, notamment si la croissance mondiale devait ralentir.

Le cuivre se reprend en fin de semaine

La semaine dernière, le métal a clôturé en hausse à la Bourse. Alors qu’il était tombé à son plus bas niveau sur la semaine jeudi, le lendemain il s’est ressaisit et progresse de 0,4% l’après-midi, dans le sillage des actions occidentaux.