Le cristal français menacé par la Commission Européenne

Compte tenu de sa teneur en plomb de 24%, le cristal qui est considéré comme un artisanat qui fait la grandeur de la France, pourrait être voué à disparaître. Toujours jugé comme dangereux pour la santé, une décision à son encontre pourrait bientôt voir le jour.

Une lutte contre la propagation de substances dangereuses

cristalAprès s’être attaquée aux appareils électriques et électroniques afin d’enlever l’ensemble du plomb pour une plus grande sécurité, la Commission Européenne se penche aujourd’hui sur les luminaires dont le cristal possède une forte concentration de ce métal. Elle n’a pas encore rendu son rapport sur le sujet mais les interrogations se multiplient.

Si une interdiction d’utilisation de ce métal gris venait à être promulguée, toute la filière de la cristallerie serait menacée. Ce sont 7000 emplois en France qui sont concernés par ce nouveau projet de loi ainsi que quatre sociétés connues dans le monde entier pour la finesse de leurs créations. Avec de très nombreux clients, l’arrêt de leur activité serait une perte considérable.

Une appellation contrôlée remise en question

cristalIl se trouve que le cristal peut uniquement être reconnu en tant que tel s’il possède exactement 24% de plomb. Une demande de baisse de cette proportion ne donnerait donc pas du cristal mais une autre forme de verre au visuel complètement différent. Ceci explique l’inquiétude des professionnels du domaine.

Pour le secteur de la cristallerie, il s’agit de trouver la bonne idée pour se renouveler sans perdre sa particularité. Après plusieurs siècles de fabrication de lustres magnifiques et de luminaires de cette façon, la fin de ces créations serait une véritable catastrophe. Synonyme de luxe et beauté incomparable, il est présent dans les plus grands hôtels et établissements et ne saurait être remplacé par une autre matière.