L’Afrique du Sud invente un moyen innovant de spéculer sur l’or

Le pays africain a toujours cherché à tirer parti du métal précieux et le moins que l’on puisse dire est que le gouvernement possède des idées judicieuses. L’arrivée de l’obligation en or devrait permettre de réaliser des bénéfices importants.

Un système parfaitement maîtrisé

oralgerie

L’Afrique du Sud a produit 140 millions de Krugerrands, monnaie par laquelle l’obligation pourra être achetée. Les personnes intéressées achètent la part de Krugrerrands qu’ils souhaitent et la confient à FirstRand. En échange, ils reçoivent des intérêts de l’ordre de 0,5%.

Le remboursement de l’achat d’obligations de la part de l’investisseur se fera cinq ans plus tard en fonction du cours que l’or aura alors. Pour ce faire, chacun pourra choisir de recevoir la valeur correspondante en Krugerrands ou de préférer un paiement en cash. Cette nouvelle méthode pour profiter des atouts de l’or devrait intéresser de nombreux sud-africains.

Un pari à long terme

Pépite d'orEn achetant des obligations en or, les investisseurs misent sur une hausse de l’or sur cinq ans. Moyen différent de la bourse pour spéculer sur ce métal au cours très changeant, cette mesure originale est nouvelle façon d’en tirer profit.

Le fait que la méthode soit couplée avec des gains en taux d’intérêt est un argument qui joue en faveur de ce nouveau moyen mis en place par le pays africain.

L’Afrique du Sud a, de cette façon, la ferme intention de regagner sa place de pays de l’or car il fut le théâtre de la ruée vers l’or. Il garda sa place de leader dans le domaine, jusqu’à ce que la Chine lui vole la vedette en 2007. L’Afrique du Sud souhaite montrer qu’elle a encore des cartes à jouer dans le domaine et qu’un regain d’intérêt pourra renaître à Johannesburg.