Une mine de zinc et de plomb opérationnelle en Tunisie dès l’été 2015

Face à la forte demande de zinc, le pays maghrébin a pris la décision de rouvrir l’ancienne mine de Bougrine qui parvenait à extraire une quantité intéressante de ce métal mais aussi du plomb. La situation est en effet propice aux actions de ce type puisque les demandes de zinc ne parviennent pas à être toutes satisfaites.

Un réaménagement de l’ancienne usine indispensable

Standard Commerical Zinc 72 DPIL’ancienne mine avait été délaissée non par manque de métaux disponibles mais face à des frais d’extraction nettement supérieurs aux gains. Maintenant que la situation a changé, le gouvernement tunisien a habilement décidé de rouvrir ce site en exploitant des filons secondaires à proximité de la mine principale. Rejoignant tous la mine principale, un immense site sera alors ouvert sur place.

Le but est de fournir les marchés européens en zinc et en plomb et les acheteurs ne devraient pas se faire attendre face à la pénurie de zinc devenu indispensable dans le domaine automobile. Cette décision devrait donc être bénéfique aussi bien pour la Tunisie qui va engranger de fortes sommes compte tenu du cours du zinc ainsi que pour les pays européens qui pourront réaliser leurs projets industriels.

Des prévisions de production très intéressantes

zinc-alloys-3La réouverture de cette mine est prévue pour le mois de juin 2015 avec une estimation d’une production de 33 000 tonnes de zinc par an et de 8000 tonnes de plomb. Cette quantité est suffisamment intéressante pour envisager que cette ville du Maghreb devienne une place d’une importance capitale dans le marché de ces deux métaux utilisés en grand nombre dans différents domaines industriels.

Cette nouvelle est donc importante pour un marché du zinc est en position de blocage depuis plusieurs mois. La Tunisie ne sera pas en mesure de satisfaire l’ensemble de la demande mais savoir qu’un nouvel acteur se positionne sur le marché est tout à fait positif. L’exploitation d’anciennes mines pourrait inspirer d’autres pays qui avaient également fermé des mines il y a plusieurs années pour vendre à prix d’or ce métal grandement recherché.